Contraception d’urgence : priorité à l'information  Abonné

Par
Evelyne Gogien-Oudry -
Publié le 02/09/2019
Les demandes de pilules dites (à tort) « du lendemain » sont fréquentes. Mais l’information est défaillante, surtout chez les jeunes, et le pharmacien doit passer un peu de temps à expliquer avec bienveillance et à corriger quelques idées reçues.
norlevo

norlevo
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Même si la première « pilule du lendemain » a déjà 20 ans, la contraception d’urgence (CU) reste mal connue, notamment des jeunes, comme l’a montré une récente étude publiée par Santé Publique France. S’ils connaissent son existence, les imprécisions et les idées fausses sur des points importants (délai d’utilisation, risques) sont fréquentes dans cette tranche d’âge.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte