À la Une

Quand la cellule devient médicament  Abonné

Par
Publié le 12/03/2018
Discipline tout aussi novatrice que la thérapie génique*, la thérapie cellulaire a longtemps été freinée dans son développement par les considérations éthiques liées au statut de l’embryon. Si aujourd'hui les recherches reprennent, ses promesses de régénération des tissus à l’infini ne sont pas encore réalisées.
tc

tc
Crédit photo : PHANIE

schéma

schéma
Crédit photo : Caroline Victor-Ullern

La thérapie cellulaire consiste à greffer des cellules pour « restaurer la fonction d’un tissu ou d’un organe », explique l’INSERM. Ceci dans le but de soigner durablement et en un seul traitement à base de cellules thérapeutiques provenant du patient lui-même (autologues) ou provenant d’un donneur (allogènes). L’objectif ? Remplacer les cellules défaillantes ou disparues. Les premières applications en médecine humaine ont lieu dans les années 1970.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte