Pour résister au nouveau plan médicament

L’honoraire à tout prix ?  Abonné

Publié le 08/10/2012
Tandis que le prochain budget de la Sécurité sociale prévoit à nouveau de faire pression sur les prix et les volumes des médicaments, la mise en place d’honoraires de dispensation semble devenir inéluctable. D’autant que les revenus de l’officine tendent à devenir de plus en plus dépendant de la coopération commerciale, comme l’ont montré les débats de la 13e Journée de l’économie de l’officine, organisée par « le Quotidien ». Pour la majorité des représentants de la profession, l’honoraire, c’est maintenant !
Les participants de la 13e Journée de l’économie de l’officine ont débattu de l’intérêt de l...

Les participants de la 13e Journée de l’économie de l’officine ont débattu de l’intérêt de l...
Crédit photo : S. TOUBON

TROP, c’est trop ! Sur les 2,5 milliards d’euros d’économies demandées à l’assurance-maladie, près de 1,5 milliard d’euros s’effectueront sur le poste Médicament. Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2013 prévoit en effet des baisses de prix sur les princeps, les génériques et les dispositifs médicaux pour un montant total de 876 millions d’euros. Au-delà des prix, ce PLFSS envisage aussi de nouvelles mesures de maîtrise médicalisée pour une économie supplémentaire de 605 millions d’euros.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte