Dialogue / À mes confrères et amis syndicalistes

Le projet professionnel reste à construire  Abonné

Publié le 07/10/2010

POURSUIVRE les négociations sur une économie « sociale » essentiellement marchande est une grave erreur, la confrontation des divers projets retenus aurait certainement permis de l’éviter. L’engagement des négociations sous la pression populiste d’une « grève des gardes » initiée à la va-vite, sans concertation, par le syndicat le moins impliqué dans l’organisation de la permanence du service officinal, malgré une unanimité temporaire de façade, créait un climat délétère, défavorable à toute négociation.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte