Dossier pharmaceutique

L’épineuse question du consentement  Abonné

Publié le 21/12/2015
Face à la question des dossiers pharmaceutiques ouverts sans consentement, il faut trouver un équilibre entre protection des données et sécurisation de la santé.

« 40 % de dossiers pharmaceutiques ont été ouverts sans consentement… dont le mien ! » déplore Christian Saout, ex-président du Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS), lors du colloque « Les Interpros - optimiser le parcours de santé des 16 millions de patients chroniques », qui s’est tenu à Paris le 17 décembre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte