L’odorologie, nouvelle technique policière

Une odeur de crime  Abonné

Publié le 13/09/2010

DERRIÈRE L’ODEUR du sang, celle de l’assassin. Ainsi pourrait-on résumer l’argument premier de l’odorologie. Cette technique d’investigation policière, née en Hongrie au début des années quatre-vingt, revient aujourd’hui au-devant de l’actualité. L’enquête sur l’attaque du casino d’Uriage de juillet dernier a en effet permis de retrouver dans la voiture qui a servi au hold-up les traces olfactives d’un second braqueur présumé. Pour l’heure, l’indice ne constitue encore qu’une preuve indirecte.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte