Pas de SEP mais une autre maladie auto-immune

Le vaccin anti-HPV est associé à un risque (faible) de Guillain-Barré  Abonné

Publié le 17/09/2015
La direction générale de la santé (DGS) a communiqué les résultats de l’étude CNAMTS et ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament) sur la vaccination anti-HPV et le risque de maladies auto-immunes. Cette étude pharmaco-épidémiologique chez plus de 2,2 millions de jeunes filles françaises est la plus solide au plan international. Les résultats, très attendus, ont de quoi surprendre.

Le risque du vaccin HPV n’est pas là où on l’attendait. L’étude française lancée par la CNAMTS et l’ANSM, méthodologiquement la plus robuste, menée chez 2,2 millions de jeunes filles, soit un effectif double de la plus importante publiée jusqu’ici, révèle des résultats plutôt rassurants sur l’association du vaccin anti HPV et le risque de maladies auto-immunes (MAI).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte