Décès du petit Yliès, herboristeries chinoises, contrefaçon

Le médicament au cœur des affaires  Abonné

Publié le 26/01/2009
Les deux décès accidentels d’enfants survenus à l’hôpital et la récente affaire des herboristeries chinoises ont rappelé l’importance de la mise en place de procédures de sécurité dans la chaîne du médicament. Les officinaux, les répartiteurs et les fabricants s’y appliquent chaque jour, permettant ainsi à la pharmacie française d’être épargnée par le fléau de la contrefaçon. La profession s’attache également à sécuriser au maximum la dispensation. L’une de ses cartes maîtresses : le dossier pharmaceutique qui vient d’être généralisé à la France entière.

CES DERNIÈRES semaines, le médicament s’est retrouvé au centre de dramatiques affaires. Sans pourtant en être le coupable. Il y a d’abord eu le décès d’un enfant de trois ans, Yliès, la vieille de Noël, à la suite d’une invraisemblable succession de négligences humaines. Le modèle bien connu du fromage suisse pour éviter le risque iatrogène a ici complètement explosé (voir encadré).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte