Suppression du juge d’instruction

L’achèvement de la réforme judiciaire  Abonné

Publié le 12/01/2009
Nicolas Sarkozy n’avait pas encore annoncé, devant la cour de Cassation, qu’il souhaitait supprimer le juge d’instruction et confier les enquêtes au Parquet que la profession judiciaire, dans un bel ensemble, s’élevait contre une nouvelle perte d’indépendance de la justice. Pourtant le chef de l’État n’a pas dit de quelle manière la justice serait conduite dorénavant dans les affaires pénales : le projet de loi n’est pas encore rédigé.

MALGRÉ TOUT CE QUE Rachida Dati, garde des Sceaux, a fait dans le chantier de la réforme de la justice, la suppression du juge d’instruction constitue la réforme la plus importante et la plus attendue. Aussi bien la réaction négative des magistrats dans leur ensemble est-elle surprenante.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte