Pascal Louis,

Président du CNGPO*  Abonné

Publié le 15/04/2013
Louis Pascal

Louis Pascal
Crédit photo : S. toubon

LE QUOTIDIEN DU PHARMACIEN.- Les groupements sont passés d’une logique économique à celle de fournisseur de services, services dont fait partie la formation. Comment analysez-vous cette transformation ?

Pascal Louis.- C’est exact, mais cette évolution ne date pas d’hier. Les groupements ont pour la plupart vu le jour il y a une bonne vingtaine d’années. Rapidement est née une volonté simultanée de la part des groupements et des pharmaciens de ne pas se limiter à un simple service commercial.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte