Un entretien avec le nouveau président de l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France

« Nous demandons une véritable licence 1 pharmacie »  Abonné

Publié le 15/11/2012
Élu le 21 octobre au congrès de l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF) qui se déroulait à Reims, Réda Amrani-Joutey, étudiant en 4e année à Dijon, en est le nouveau président. Dans un entretien avec le « Quotidien », il rappelle les chevaux de bataille de l’association et s’exprime sur les évolutions de l’officine.
Reda Amrany Joutey

Reda Amrany Joutey
Crédit photo : dr

Quelles sont les priorités de l’ANEPF pour l’année à venir ?

Nos chevaux de bataille restent les mêmes : la première année commune des études de santé (PACES) arrive en tête. Après avoir émis de grosses réserves sur cette première année, nous nous battons depuis plus de cinq ans contre elle. Nous avons maintenant pu démontrer qu’elle est délétère pour nos études et ne prépare pas suffisamment à la deuxième année. En effet, l’an dernier, le taux d’échec en deuxième année atteignait 80 % en première session et, à l’issue des rattrapages, 20 % des étudiants ont redoublé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte