L’autodiagnostic des patients rarement juste

Par
Publié le 17/09/2019
internet santé

internet santé
Crédit photo : Phanie

Avec l’aide d’Internet, les patients se font facilement une idée, avant la consultation, de l’affection dont ils sont atteints. Mais une idée rarement juste, selon une étude menée auprès de 300 soignants.

Du 2 août au 12 septembre, la start-up lyonnaise 360 medics a mené une étude auprès de 300 soignants français (pharmaciens, médecins, infirmiers…) afin de savoir si leurs patients avaient déjà fait leur propre diagnostic avant de les consulter. Et dans l’affirmative, si cet autodiagnostic était juste.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 11€60/mois

(résiliable à tout moment)