Phytothérapie

Plantes médicinales : que reste-t-il à l'officine ?  Abonné

Par
Publié le 24/04/2017
La redécouverte des bienfaits des plantes a suscité un engouement public pour la phytothérapie. Mais l'essor bienvenu de ce marché "naturel" ne doit pas amener à négliger les dangers auxquels s'exposent les utilisateurs. Fidèle à sa raison d'être, le pharmacien reste le professionnel le plus pertinent pour dispenser les plantes médicinales, afin de garantir leurs bénéfices dans un cadre sécurisé.
phyto

phyto
Crédit photo : phanie

EN 1941, le diplôme d'herboriste a disparu. Cette activité a été confiée au pharmacien. Aujourd'hui, l'officinal est l'héritier direct de l'herboriste ; il est le seul à être autorisé à vendre des plantes à des fins médicales, à condition de pratiquer cette activité dans une officine de pharmacie. Autrement dit, un pharmacien diplômé ne peut pas choisir de privilégier ses compétences d'herboriste dans un commerce spécifique.

Entre thérapeutique, alimentaire et cosmétique

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois

puis 11,60€/mois (résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte