La consommation des cocktails à la codéine s'étend

La consommation des cocktails à la codéine s'étend

Marie Bonte
| 12.07.2017
  • Cocktail

Ils sont lycéens ou professionnels précaires, ils ont entre 17 et 25 ans et ignorent les risques de leur pratique car les substances consommées sont des médicaments : telles sont les données publiées par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) sur l’usage détourné des médicaments codéinés.

Ils s’appellent Codésprite, Syzzurp, lean, ou encore cocktail bleu. Ces cocktails, pouvant être mortels, sont concoctés à partir de...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
Dr Gnon Pharmacien 12.07.2017 à 22h03

Une vraie éducation ( apprentissage à la vie en communauté et à la survie ) est requise même chez les animaux . On doit les préparer à utiliser correctement ce qui pourra leur servir dans un monde Lire la suite

Répondre
 
MARIE ANTOINETTE A Pharmacien 12.07.2017 à 19h13

Ce problème perdure depuis les années 80 et ne s'arrêtera jamais si dès l'école maternelle nous ne mettons pas en place une structure qui permette aux enfants de se construire une personnalité qui Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 4

Partenaires