L'ANSM cherche à restreindre l'accès à la codéine

L'ANSM cherche à restreindre l'accès à la codéine

Mélanie Maziere
| 12.06.2017
  • Médicaments

Face à l'augmentation des détournements d'usage de médicaments contenant de la codéine à des fins récréatives, en particulier par des adolescents, l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) cherche à restreindre un « accès trop facile ».

Les premiers signalements d'un usage détourné de médicaments contenant de la codéine datent de 2013, selon l'ANSM. Ainsi, en 2016, elle constate une hausse de « demandes de délivrance suspectes...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires