À la Une - Maladies de demain : le diagnostic de la Sécu

À la UneMaladies de demain : le diagnostic de la Sécu

Marie Bonte
| 08.06.2017

La santé mentale continue de peser sur les comptes de la Sécurité sociale d’après la dernière analyse « médicalisée » de l’assurance-maladie. Et cette charge risque de s’accroître encore en 2020 avec 11 % de patients supplémentaires. Parallèlement, d’autres pathologies comme le diabète ou le cancer, poursuivent leur progression. Toutefois, le nombre de personnes atteintes par une pathologie chronique ou au long cours devrait croître moins rapidement que par le passé.

  • france

Témoin de la chronicité galopante de certaines pathologies, plus d’un tiers des assurés du régime général suivent aujourd’hui des soins et un traitement médicamenteux au long cours (plus de trois délivrances par an).

En incluant les maternités, les hospitalisations ainsi que certains traitements antalgiques ou anti-inflammatoires chroniques, ce sont 26 millions de personnes (45 % des assurés) qui bénéficient de façon systématique du remboursement de leurs soins.

Le...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires