La Croix-Rouge dénonce une paupérisation de la jeunesse

La Croix-Rouge dénonce une paupérisation de la jeunesse

Christophe Micas
| 01.06.2017
  • Croix rouge

Renoncement aux soins et sauts de repas faute d'argent sont le quotidien de nombreux étudiants, dénonce la Croix-Rouge dans un rapport rendu public hier.

« En France, un jeune sur cinq a renoncé aux soins », relève la Croix-Rouge française dans un rapport publié mercredi. Et pour l'organisme, ne pas se faire soigner est un premier indice de la précarité. Ce n'est pas tout : selon son président, Jean-Jacques Eledjam, 13 000 étudiants parisiens sautent...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 2 Commentaires
 
ANITA B Autre Professionnel Santé 01.06.2017 à 22h20

C'était le cas il y a 57 ans, et à l'époque il n'y avait aucune aide.
Donc il fallait renoncer au déjeuner ou au diner et renoncer aux soins
Comme la crise du logement, on en parle depuis 1956

Répondre
 
Dr Gnon Pharmacien 01.06.2017 à 19h02

La bouffe ( saine ) est selon moi d'une priorité énorme . Une éducation pertinente sensibiliserait au respect des choix prioritaires ( les exemples de mauvais choix permanents et coûteux ne manquent Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires