Un maire interdit de mourir à domicile

Un maire interdit de mourir à domicile

Marie Bonte
| 18.05.2017
  • Mairie

Le maire de Laigneville, dans l’Oise, vient d’interdire, par arrêté, aux habitants de la commune de « décéder à domicile ». La raison de cette surprenante décision ? L'édile ne veut plus qu’en cas de mort de l’un de ses administrés un délai de six heures soit nécessaire pour obtenir le constat de décès, par manque de médecins dans le secteur.

Laigneville, commune de 5 000 habitants dans l’Oise, est depuis hier le théâtre de l’absurde. Interdiction...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 3 Commentaires
 
KLIMBER Pharmacien 19.05.2017 à 12h10

..à condition qu'il y ait des médecins !!

Répondre
 
claude l Médecin ou Interne 19.05.2017 à 15h49

si vraiment personne ne veut y aller,"d'autres d'ailleurs iront peut-être",il faut dire qu'en TURQUIE il y a 1 million de gens qui "attendent l'ouverture de la porte par ERDOGAN,peut-être il y aura Lire la suite

Répondre
 
Francois-Marie P Médecin ou Interne 18.05.2017 à 18h07

Très logiquement, les médecins, qui doivent être overbookés, s'occupent en priorité des vivants, afin de leur éviter de subir prématurément le même sort..............

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Buzin

À la Une Agnès Buzyn, le nouveau visage de la Santé Abonné

Nommée ministre des Solidarités et de la Santé à la surprise de tous, le Pr Agnès Buzyn fait quasiment l’unanimité parmi les professionnels de santé. Hématologue de renom, ancienne présidente de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, puis de l’Institut national du cancer et de la Haute Autorité de santé (HAS), elle succède à Marisol Touraine, celle-là même qui l’a nommée à la tête... Commenter

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.