Phytothérapie - Plantes médicinales : que reste-t-il à l'officine ?

PhytothérapiePlantes médicinales : que reste-t-il à l'officine ?

David Paitraud
| 24.04.2017

La redécouverte des bienfaits des plantes a suscité un engouement public pour la phytothérapie. Mais l'essor bienvenu de ce marché "naturel" ne doit pas amener à négliger les dangers auxquels s'exposent les utilisateurs. Fidèle à sa raison d'être, le pharmacien reste le professionnel le plus pertinent pour dispenser les plantes médicinales, afin de garantir leurs bénéfices dans un cadre sécurisé.

  • phyto

EN 1941, le diplôme d'herboriste a disparu. Cette activité a été confiée au pharmacien. Aujourd'hui, l'officinal est l'héritier direct de l'herboriste ; il est le seul à être autorisé à vendre des plantes à des fins médicales, à condition de pratiquer cette activité dans une officine de pharmacie. Autrement dit, un pharmacien diplômé ne peut pas choisir de privilégier ses compétences d'herboriste dans un commerce spécifique.

Entre thérapeutique, alimentaire et cosmétique

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
foule

À la Une Tous masqués : retour sur un revirement

Dans la population, on crie au scandale et au mensonge d’État. Chez les pharmaciens, éprouvés par la difficile délivrance contingentée de masques en nombre toujours insuffisant aux professionnels de santé, c’est le désarroi qui prime. Le revirement de doctrine du gouvernement, comme des autorités de santé, et notamment de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), désormais favorable au port du... 3

Partenaires