Phytothérapie - Plantes médicinales : que reste-t-il à l'officine ?

PhytothérapiePlantes médicinales : que reste-t-il à l'officine ?

David Paitraud
| 24.04.2017

La redécouverte des bienfaits des plantes a suscité un engouement public pour la phytothérapie. Mais l'essor bienvenu de ce marché "naturel" ne doit pas amener à négliger les dangers auxquels s'exposent les utilisateurs. Fidèle à sa raison d'être, le pharmacien reste le professionnel le plus pertinent pour dispenser les plantes médicinales, afin de garantir leurs bénéfices dans un cadre sécurisé.

  • phyto

EN 1941, le diplôme d'herboriste a disparu. Cette activité a été confiée au pharmacien. Aujourd'hui, l'officinal est l'héritier direct de l'herboriste ; il est le seul à être autorisé à vendre des plantes à des fins médicales, à condition de pratiquer cette activité dans une officine de pharmacie. Autrement dit, un pharmacien diplômé ne peut pas choisir de privilégier ses compétences d'herboriste dans un commerce spécifique.

Entre thérapeutique, alimentaire et cosmétique

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires