À la une - Le médicament innovant en quête du juste prix

À la uneLe médicament innovant en quête du juste prix

Mélanie Maziere
| 30.01.2017

Dans un contexte de maîtrise médicalisée et d’explosion de l’innovation pharmaceutique, l’arrivée de médicaments de rupture à des prix particulièrement élevés a suscité de nombreuses réactions dans le monde médical, politique et civil. Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) livre ses préconisations.

  • recherche

Le traitement de l’hépatite C Sovaldi (sofosbuvir) du Laboratoire Gilead a focalisé l’attention du grand public. La société civile découvrait alors qu’un traitement de trois mois pouvait coûter 41 000 euros en France, que ce tarif est le plus compétitif négocié dans un pays dit développé dans le monde et que ce médicament (et d’autres nouveaux antiviraux) étaient porteurs d’un espoir : la guérison pour la majorité des malades. Mais ce prix, jugé exorbitant par les patients,...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires