Selon une étude du Centre européen de la consommation - Les médicaments, de deux à six fois plus chers en Allemagne qu’en France

Selon une étude du Centre européen de la consommationLes médicaments, de deux à six fois plus chers en Allemagne qu’en France

22.10.2012

Prescriptibles ou non, les médicaments français sont presque toujours nettement moins chers que les médicaments allemands, avec des différences allant souvent du simple au double, voire parfois au triple ou même au sextuple. Le Centre européen de la consommation (CEC), qui réunit les centres français et allemands des consommateurs, vient d’effectuer une étude éloquente sur ce sujet, en relevant les prix de 150 médicaments dans des pharmacies de la région de Strasbourg et de Kehl, la ville allemande située immédiatement en face de la capitale alsacienne.

EN MATIÈRE d’OTC, seul le paracétamol est en général légèrement moins cher en Allemagne qu’en France, alors que l’Aspirine de marque est deux fois plus chère outre-Rhin, la différence atteignant presque un à trois pour l’Imodium ou l’Ibuprofène. En revanche, les prix des médicaments non remboursables étant libres en France, on observe des différences sensibles entre les pharmacies, alors que les prix allemands des OTC sont plus homogènes. Les pilules contraceptives, non remboursées en...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
confidentialité

À la Une Bilan de médication : mission possible ! Abonné

Certains pharmaciens hésitent encore à s’aventurer dans les bilans partagés de médication. Ils craignent des difficultés dans le recrutement des patients, l'engagement de leur responsabilité et le manque de temps pour réaliser cette nouvelle mission. Tour d’horizon des freins qui subsistent et des pistes pour les lever. Commenter

Partenaires