Première année commune aux études de santé - Les étudiants en pharmacie, « grands perdants de la réforme »

Première année commune aux études de santéLes étudiants en pharmacie, « grands perdants de la réforme »

16.06.2011

Un an après la mise en place de la réforme de la première année commune aux études de santé (PACES), les cinq associations d’étudiants en santé détaillent ses « ratés » et réclament des améliorations. De leur côté, les doyens ont conscience des insuffisances de la réforme et travaillent à une refonte pour la rentrée prochaine.

  • Un bilan plutôt négatif au terme de la première année de la réforme

« IL RESTE encore beaucoup d’efforts à faire. » C’est le constat que dressent les étudiants en santé sur la réforme de leur première année. Grâce à une enquête menée dans les 38 universités concernées, la fédération des associations générales étudiantes (FAGE) a mis en lumière « un certain nombre de dysfonctionnements » : programmes surchargés au premier semestre, réduction, voire suppression d’enseignements dirigés, sureffectifs des groupes de travaux dirigés (jusqu’à 200 étudiants),...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ordo

À la Une Fausses ordonnances : les codéinés en tête Abonné

Les signalements d'ordonnances falsifiées ne cessent d'augmenter d'année en année. En 2018, ce sont les spécialités codéinées qui sont le plus souvent citées, devançant tramadol, prégabaline et zolpidem. Qu'ils se retrouvent face à des patients devenus accros ou à de véritables trafiquants, les pharmaciens se trouvent de plus en plus souvent confrontés à des prescriptions suspectes. Commenter

Partenaires