À la Une - Espoirs et limites de la thérapie génique

À la UneEspoirs et limites de la thérapie génique

Mélanie Maziere
| 12.02.2018

L’arrivée sur le marché américain de trois traitements innovants de thérapie génique entre août et décembre 2017 est porteuse d'espoir. Ces médicaments devraient être autorisés en Europe courant 2018. C’est une révolution dans le domaine, qui multiplie les essais cliniques depuis les années 1990 mais ne comptait que quatre traitements autorisés dans le monde entre 2003 et 2016.

  • thérapie génique

Pour le patron de l’Agence américaine du médicament (FDA), le Dr Scott Goetlieb, l’arrivée de Kymriah (tisagenlecleucel) sur le marché signe l’entrée « dans une nouvelle ère de l’innovation médicale avec la capacité de reprogrammer les cellules immunitaires d’un malade pour qu’elles puissent détruire les cellules cancéreuses mortelles ». Car c’est exactement la promesse de Kymriah, cette thérapie développée par Novartis qui a décroché son AMM américaine en août dernier dans...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ROSP

À la Une ROSP 2017 : ce qu'elles rapportent vraiment Abonné

Substitution générique, accompagnement des asthmatiques, suivi des patients sous anticoagulants : plusieurs missions justifient une rémunération complémentaire à celle de la marge commerciale et des honoraires. Mais combien ces rémunérations sur objectifs de santé publique (ROSP) rapportent-elles, en moyenne, aux pharmaciens ? Commenter

Partenaires