Refus de paiement liés à la nouvelle marge - Les syndicats réclament des pénalités de retard à l'assurance-maladie

Refus de paiement liés à la nouvelle margeLes syndicats réclament des pénalités de retard à l'assurance-maladie

Christophe Micas
| 15.01.2018

Depuis le 1er janvier, la mise en place de nouveaux taux de marge a modifié l'intégralité des prix des médicaments. Des pharmaciens ont été confrontés à des refus de paiement de la part de certaines caisses primaires. La faute à la non-mise à jour dans les temps de leur base de données.

Depuis quelques jours, les officinaux sont confrontés à des refus de paiement de la part de certaines caisses primaires d'assurance-maladie (CPAM) avec le motif « dépassement prix maximum médicament ». « Ces rejets sont la conséquence de l’absence de mise à jour, dans les temps, de la base officielle de prix des médicaments », explique la Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF).

Selon elle, pour que cette base soit à jour au 1er janvier...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
carte

À la Une Ruptures de stock : les contradictions européennes Abonné

Dénonçant « l’épuisement des stocks de médicaments » lié aux importations parallèles, une députée européenne a interrogé la Commission sur ces pratiques, mais celle-ci en a confirmé la légalité. Pourtant, comme le rappelle la pharmacovigilance, les pénuries de médicaments qu'elles peuvent engendrer, présentent parfois des risques iatrogènes. Commenter

Partenaires