Pharmacovigilance - Lévothyrox : la pédagogie d’un pharmacien

PharmacovigilanceLévothyrox : la pédagogie d’un pharmacien

Marie Bonte
| 20.11.2017

Face à la montée des inquiétudes dans l’affaire du Lévothyrox, Amine Umlil, pharmacien responsable de la pharmacovigilance au centre hospitalier de Cholet, a choisi de désamorcer la crise en offrant un cours de pharmacocinétique aux patients. Un succès qui incite le pharmacien à créer des consultations sur les effets indésirables.

  • pharmacien

Le 13 octobre, l’amphi du centre hospitalier de Cholet recevait un public inhabituel. Plus de 110 patients se pressaient sur les gradins, tous concernés par l’affaire du Lévothyrox.

Pendant plus d’une heure, Amine Umlil*, pharmacien du centre hospitalier de Cholet et directeur du Centre territorial d’information indépendante et d’avis pharmaceutiques (CTIAP), accompagné de deux médecins endocrinologues de l’hôpital, retrace la vie du médicament. Muni d’un crayon, il expose...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ROSP

ROSP générique pour 2019 : la FSPF ne signera pas l’avenant

L’enveloppe allouée à la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) pour la substitution générique réalisée en 2019 ne sera pas de 75 millions d’euros mais de 65 millions d’euros a annoncé l’assurance-maladie. L'avenant... 3

Partenaires