Hépatite C - Les antiviraux directs s’emparent de la ville

Hépatite CLes antiviraux directs s’emparent de la ville

Charlotte Demarti
| 25.11.2019

L’accès aux antiviraux d’accès directs, nouveaux traitements de l’hépatite C à l’efficacité redoutable mais aux prix exorbitants, a considérablement évolué, passant d’une prescription hyper-restreinte à une prescription ouverte à tous les patients, et qui peut être réalisée - pour deux spécialités (Maviret et Epclusa) - par tout médecin généraliste, avec une délivrance en ville. Conclusion, entre 2014 et 2018, plus de 73 000 patients ont commencé un traitement par AAD, dont l’immense majorité a été guérie.

  • hépatite c

Les antiviraux à action directe (AAD) ont créé une révolution dans la prise en charge de l’hépatite C, avec une remarquable efficacité dans l’élimination du virus. En effet, ces médicaments permettent d’éliminer chez presque tous les patients traités (95 % en général), le virus en 8 à 12 semaines de traitement.

Lors de leur arrivée sur le marché, en décembre 2014, la France est restée très timide en autorisant ces molécules - très onéreuses de surcroît -...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Olivier Véran

Olivier Véran veut relancer la production de médicaments en Europe

Hier au Sénat, le nouveau ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est montré rassurant quant au risque sur l'approvisionnement en médicaments du fait de l'épidémie de coronavirus qui paralyse l'industrie chinoise. Il prône... 1

Partenaires