Allergies et premiers pas dans l'alimentation - Régimes d'éviction : des risques injustifiés

Allergies et premiers pas dans l'alimentationRégimes d'éviction : des risques injustifiés

Christine Nicolet
| 13.06.2019

Jusqu'aux années 2000 la prévention primaire de l'allergie reposait sur le dogme de l'éviction. Les études cliniques actuelles ont montré que la prévention de l'allergie alimentaire chez le nourrisson et l'enfant passe plus par l'acquisition précoce de la tolérance à un allergène et son introduction à un moment optimal.

  • alimentation

La sensibilisation à un aliment est beaucoup plus fréquente que l'allergie à l'aliment. La sensibilisation n'est le plus souvent que le témoin d'un terrain atopique et peut être considérée comme un marqueur prédictif d'une allergie ultérieure.

Entre 50 à 70 % des patients qui présentent une sensibilisation pour un aliment le tolère et son retrait incontrôlé peut s'accompagner d'une perte de tolérance. Si l'aliment est exclu à tort lors d'une simple sensibilisation sans signes...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
PACES

À la Une Études de santé : la réforme décryptée Abonné

À la rentrée 2020, le numerus clausus ne sera plus. Pour adapter les compétences aux besoins actuels du système de santé, notamment, la PACES cédera sa place à deux parcours qui doivent également permettre à des profils plus diversifiés d'avoir accès aux études de santé. Si les syndicats étudiants saluent l'intention, ils appellent désormais les universités à jouer le jeu jusqu'au bout. Commenter

Partenaires