Cancer de la prostate - La réhabilitation de la testostérone en ligne de mire

Cancer de la prostateLa réhabilitation de la testostérone en ligne de mire

Didier Rodde
| 11.04.2019

L’étude ANDROCAN, pilotée par le Pr Henry Botto, ancien chef du service d’urologie de l’hôpital Foch (Suresnes), vient d’apporter de nouvelles données très convaincantes qui pourraient conduire à un changement profond de paradigme au regard de la supplémentation en testostérone de très nombreuses personnes, jusque-là quasi diabolisée.

  • cancer prostate

Ce travail, de grande ampleur, avait pour objectif de tirer définitivement au clair la question de la responsabilité de la testostérone dans la genèse du cancer de la prostate, actuellement le cancer le plus fréquent (16 % des cancers, 26 % des cancers masculins).

De fait, dans la suite des observations publiées en 1941 par Huggins et Hodge, on établissait pour la première fois une relation entre adénocarcinome de la prostate et testostérone (qui a valu à ses auteurs...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ibu

Ibuprofène et kétoprofène aggravent les infections, alerte l'ANSM

Une enquête des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) de Tours et Marseille, suggère le « rôle aggravant » de l'ibuprofène et du kétoprofène en cas d'infection. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits... 6

Partenaires