Consommation de stupéfiants chez les étudiants - Le protoxyde d’azote et les poppers talonnent le cannabis

Consommation de stupéfiants chez les étudiantsLe protoxyde d’azote et les poppers talonnent le cannabis

Damien Coulomb
| 11.03.2019

Selon les dernières données de pharmacovigilance, les prévalences d’usage de protoxyde d’azote et des poppers progressent chez les étudiants. La situation inquiète les spécialistes de l’addictovigilance, alors que patinent les tentatives de réglementation de la vente de ces deux stupéfiants.

  • stupéfiants

Selon le premier Observatoire français des usages actuels de substances psychoactives chez les étudiants (enquête COSYS), les étudiants français présentent une prévalence d’usage très élevée de poppers (13,2 % des étudiants et 7,5 % des étudiantes) et de protoxyde d’azote (6,2 % et 3 %). Ces données font de ces substances les produits psychoactifs les plus plébiscités par les étudiants après le cannabis. Ils sont principalement consommés...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
carte

À la Une Ruptures de stock : les contradictions européennes Abonné

Dénonçant « l’épuisement des stocks de médicaments » lié aux importations parallèles, une députée européenne a interrogé la Commission sur ces pratiques, mais celle-ci en a confirmé la légalité. Pourtant, comme le rappelle la pharmacovigilance, les pénuries de médicaments qu'elles peuvent engendrer, présentent parfois des risques iatrogènes. 2

Partenaires