Violences sexuelles durant l’enfance - Une surreprésentation de l’endométriose chez les victimes

Violences sexuelles durant l’enfanceUne surreprésentation de l’endométriose chez les victimes

Charlène Catalifaud
| 14.01.2019

Les femmes ayant subi des violences sexuelles durant l’enfance ont un risque 49 % plus important de développer une endométriose, selon une étude prospective américaine. Connaître les antécédents d’abus des patientes est essentiel pour les prendre en charge de manière optimale.

« Les violences sexuelles entraînent un traumatisme corporel et sensoriel », indique le Dr Violaine Guérin, endocrinologue, gynécologue et présidente de l’association Stop aux violences sexuelles, lors des 6es assises internationales sur les violences sexuelles qui ont eu lieu à Paris les 7 et 8 janvier 2019. L’endométriose est l’une des conséquences méconnues de ces abus. « Cette pathologie est en effet surreprésentée chez les victimes de violences...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires