Recherche sur les réservoirs du VIH - Controverse scientifique sur l'identification de biomarqueurs spécifiques

Recherche sur les réservoirs du VIHControverse scientifique sur l'identification de biomarqueurs spécifiques

Damien Coulomb
| 23.04.2018

La mise au point de traitement capable de guérir un patient infecté par le VIH passera nécessairement par l'identification de marqueurs permettant de détecter les lymphocytes T CD4 « réservoirs ». En 2017, des chercheurs français avaient identifié une piste intéressante avec la protéine membranaire CD32a. De nouveaux travaux menés par des Américains et des Espagnols, semblent invalider cette piste. Non, affirment les Français qui y voient plutôt un argument en faveur de l'existence de deux types de réservoirs dont un seul serait à l'origine du rebond de la virémie.

  • .

En mars 2017, les chercheurs français du laboratoire de virologie moléculaire de l'institut de génétique humaine de Montpellier avaient soulevé l'espoir des scientifiques œuvrant dans le domaine du VIH.

Dans une lettre publiée dans « Nature », ils avaient expliqué avoir identifié un marqueur spécifique des lymphocytes CD4 réservoir. Pour y parvenir, ils avaient étudié, dans un modèle in vitro, 103 gènes, dont l'expression est caractéristique de l...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Prescription électronique

À la Une Ordonnance électronique : c'est pour quand ? Abonné

En chantier depuis plusieurs années, l’application de l’e-prescription va s’accélérer, une évolution rendue nécessaire par la sécurisation de la transmission des ordonnances. Mais aussi par l'encouragement des professionnels de santé à la coordination des soins. Commenter

Partenaires