Endométriose - Une pathologie sous-diagnostiquée

EndométrioseUne pathologie sous-diagnostiquée

Stéphany Mocquery
| 08.03.2018

Maladie purement organique, l’endométriose est sous-diagnostiquée et souvent mal prise en charge. La multiplication des centres experts est un impératif, estime le Dr Erick Petit, fondateur du Centre de l’endométriose au sein du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ).

  • endométriose

« On estime que 15 à 20 % des femmes en âge de procréer souffrent d’endométriose, ce qui représente 4 à 6 millions de malades en France », souligne le Dr Erick Petit, radiologue au sein du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) et fondateur du Centre de l’endométriose GHPSJ.

Une pathologie organique

« La maladie est provoquée par une chute de la muqueuse utérine dans le muscle, suivie de contractions qui envoient les cellules...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
décryptage

À la Une Le Plan santé décrypté Abonné

Emmanuel Macron a fixé trois engagements prioritaires pour sa réforme baptisée « Ma Santé 2022 ». Ce plan pour réorganiser les soins en France entend placer le patient au cœur du système, mieux articuler la relation ville-hôpital et repenser les métiers et la formation des professionnels de santé. Commenter

Partenaires