Sevrage tabagique - Quelle place pour la cigarette électronique ?

Sevrage tabagiqueQuelle place pour la cigarette électronique ?

Charlotte Demarti
| 05.02.2018

L’Académie américaine des sciences a examiné plus de 800 études afin de déterminer l’impact des cigarettes électroniques sur la santé. Si leur usage n'est pas sans risques pour la santé, elles semblent néanmoins moins nocives que les cigarettes conventionnelles et pourraient à ce titre avoir une place dans la stratégie de sevrage tabagique.

  • cigarette

Le vapotage est il bon ou mauvais pour la santé ? Après avoir passé en revue plus de 800 études sur le sujet, l’Académie américaine des sciences, de l’ingienerie et de la médecine avoue ne pas pouvoir tirer de conclusion définitive : « les cigarettes électroniques ne peuvent pas être simplement catégorisées comme bénéfiques ou nuisibles pour la santé », déclare David Eaton, rapporteur de ce travail. Tout dépend de qui les utilise, et comment.

Toutefois, les...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ROSP

À la Une ROSP 2017 : ce qu'elles rapportent vraiment Abonné

Substitution générique, accompagnement des asthmatiques, suivi des patients sous anticoagulants : plusieurs missions justifient une rémunération complémentaire à celle de la marge commerciale et des honoraires. Mais combien ces rémunérations sur objectifs de santé publique (ROSP) rapportent-elles, en moyenne, aux pharmaciens ? Commenter

Partenaires