Risque cardiovasculaire lié aux bronchodilatateurs à longue durée d'action - Les 30 premiers jours sont cruciaux !

Risque cardiovasculaire lié aux bronchodilatateurs à longue durée d'actionLes 30 premiers jours sont cruciaux !

Damien Coulomb
| 08.01.2018

Une étude menée à l'école de pharmacie du centre médical de la défense nationale de Taïpei (Taïwan) montre qu'au cours des 30 premiers jours de traitement par bronchodilatateurs inhalés de longue durée d'action, on observe une hausse significative de 50 % du risque cardiovasculaire.

  • bronchod

L'initiation d'un traitement de la BPCO par un bronchodilatateur à longue durée d'action augmente de moitié le risque de maladie cardiovasculaire dans les 30 premiers jours de prise du médicament, selon une étude cas contrôle taïwanaise publiée dans le « JAMA Internal Medicine ». Chez les patients sous traitement depuis plusieurs années, ce surrisque est en revanche absent, ce qui pousse les auteurs à recommander une surveillance étroite de la santé...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ibu

Ibuprofène et kétoprofène aggravent les infections, alerte l'ANSM

Une enquête des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) de Tours et Marseille, suggère le « rôle aggravant » de l'ibuprofène et du kétoprofène en cas d'infection. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits... 6

Partenaires