Sécurité des cosmétiques bébé - Quand les lanceurs d'alerte court-circuitent les réponses des scientifiques

Sécurité des cosmétiques bébéQuand les lanceurs d'alerte court-circuitent les réponses des scientifiques

Christine Nicolet
| 18.12.2017

Les polémiques concernant les produits destinés aux bébés ont un impact non négligeable sur le comportement des mamans puisque 40 % d'entre elles changent leurs habitudes d'achat. Même si les messages sont contradictoires elles veulent ou croient bien faire en les suivant. Mustela réunit un collège d'experts indépendants pour faire une mise au point.

  • bébé

Dans un déluge d'informations il est parfois difficile de capter les bons messages et de se faire un avis précis.

« Internet a provoqué une dérégulation du marché de l'information avec une abondance d'alertes qui diffusent de façon virale en suscitant de la méfiance, voire de la peur, chez les consommateurs, estime le sociologue Gérald Bronner. Il en résulte une surestimation des risques et des probabilités, surtout quand ces lanceurs d'alerte court-circuitent les réponses...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Médecin

Eure-et-Loir : le combat des pharmaciens contre une généraliste propharmacienne

Le syndicat des pharmaciens d’Eure-et-Loir conteste devant la justice l'autorisation accordée à une médecin généraliste de délivrer des médicaments. C’est avant tout contre un anachronisme que se battent les pharmaciens... 5

Partenaires