Vaccination anti HPV chez les femmes adultes - Une absence de surrisque de maladie auto-immune

Vaccination anti HPV chez les femmes adultesUne absence de surrisque de maladie auto-immune

Damien Coulomb
| 23.10.2017

Depuis l’introduction de la vaccination HPV en 2006, les données de sécurité sont rassurantes pour les adolescentes ciblées, mais des doutes subsistaient quant aux femmes adultes. Une vaste étude de cohorte vient les lever.

Plusieurs essais randomisés se sont montrés favorables à la vaccination contre le papillomavirus des femmes de plus de 25 ans qui n’auraient pas été immunisées à l’adolescence comme le veulent les recommandations.

Problème : si l’absence de surrisque de maladie chronique chez les adolescentes vaccinées est bien documentée, ce n’était pas vraiment le cas chez les jeunes adultes. Dans un article publié dans le « Journal of Internal Medecine », le Dr ...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires