Stress post-traumatique - Le propranolol, une étonnante façon d’oublier

Stress post-traumatiqueLe propranolol, une étonnante façon d’oublier

Charlotte Demarti
| 25.09.2017

Après les attentats de Paris et de Nice, plusieurs hôpitaux ont mis en place un protocole nouveau et rapide pour prendre en charge les victimes de stress post-traumatique. Ce dernier consiste à prendre un comprimé de propranolol, avant de lire à voix haute l’histoire de son traumatisme, en présence d’un médecin. Une opération à répéter chaque semaine, durant six semaines. Le traitement soulage les symptômes dans deux cas sur trois.

  • fleur

Coucher sur le papier son souvenir traumatisant. Prendre un comprimé de propranolol une heure avant de relire. Répéter l’opération une fois par semaine durant 6 semaines. Tel est le surprenant protocole que propose l’essai « Paris Mem » à 112 victimes de stress post-traumatique, notamment lors des attentats de Paris en novembre 2015 ou de Nice en juillet 2016.

Ces personnes souffrent d’insomnies, de cauchemars, de crises d’anxiété… Et le fait de raconter leur...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bonnefond

Protection sociale : l’USPO enfonce le clou

Alors qu’il avait appelé au dialogue social, le syndicat regrette qu’aucun compromis n’ait pu être conclu avec la FSPF, qui persiste à imposer l’APGIS comme collecteur de la contribution FNDP. Constatant qu’en dépit de ses mises... 3

Partenaires