Histoires de santé - Le trésor caché du monstre de Gila

Histoires de santéLe trésor caché du monstre de Gila

Nicolas Tourneur
| 09.03.2017
  • monstre de gila

Trapu, aplati, avec sa peau verruqueuse noire marbrée de rose et ses quelque 40 à 60 cm, le monstre de Gila (Heloderma suspectum) doit son nom à la rivière Gila. Ce lézard du sud-ouest des États-Unis est de plus capable d’injecter un venin neurotoxique grâce à des dents dotées de canalicules : il a tout pour effrayer ! En fait, la morsure de ce reptile placide n’est pas mortelle pour l’homme. Se déplaçant difficilement, il passe son temps caché sous des rochers et ne se nourrit...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires