Une nouvelle association dans la BPCO - Un mode d'administration original et une avancée thérapeutique

Une nouvelle association dans la BPCOUn mode d'administration original et une avancée thérapeutique

Christine Nicolet
| 23.01.2017

Cette affection pulmonaire chronique obstructive (BPCO) touche 3,5 millions de Français, dont un million est symptomatique. Sur le long terme, elle peut entraîner des difficultés à effectuer des gestes quotidiens. Les prises en charge essaient d’améliorer la qualité de vie en diminuant le handicap fonctionnel. Le nouveau traitement Spiolto Respimat est une association fixe de deux substances actives : le tiotropium et l’olodatérol.

  • vert

Les patients atteints de BPCO sont habituellement diagnostiqués lorsque la fonction pulmonaire est déjà sensiblement altérée et qu'un traitement d'entretien est nécessaire. Ils souffrent de symptômes comme l'essoufflement et la toux qui les empêchent souvent d'être actifs. Cela peut conduire à une spirale descendante d'aggravation des symptômes et encore plus d'inactivité, ce qui contribue à un risque accru d'invalidité et de décès.

Le tiotropium, lancé sur le marché sous la marque...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires