Mortalité augmentée pour un HDL bas... ou très élevé - L'approche du HDL cholestérol a (de nouveau) du plomb dans l'aile

Mortalité augmentée pour un HDL bas... ou très élevéL'approche du HDL cholestérol a (de nouveau) du plomb dans l'aile

Dr Irène Drogou
| 07.11.2016

L'étude CANHEART remet en cause le HDL cholestérol comme facteur spécifique du risque cardio-vasculaire. Plutôt que vouloir augmenter le HDL cholestérol, mieux vaudrait se concentrer sur le mode de vie, concluent les Canadiens.

Est-ce se tromper de cible que de vouloir augmenter le HDL cholestérol, le « bon cholestérol » par opposition au LDL, pour lutter contre le risque cardio-vasculaire ? C’est ce à quoi conclut une vaste étude canadienne de cohorte, la CANHEART study, chez plus de 631 000 sujets âgés en moyenne de 57 ans.

Selon les chercheurs de Toronto, le HDL cholestérol, classiquement considéré comme protecteur, ne serait en définitive pas un facteur...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Stock médicaments

À la Une Hausse des ruptures de stock : quelles solutions ? Abonné

Le nombre signalement de ruptures de stock de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur a augmenté de 30 % en 2017. Si les chiffres ne sont pas encore consolidés, la tendance inquiète. L’agence du médicament détaille les solutions qu’elle met en place pour garantir l’accès aux soins. 2

Partenaires