Coqueluche - Une protection quasi-nulle 7 ans après la dernière vaccination

CoquelucheUne protection quasi-nulle 7 ans après la dernière vaccination

03.10.2016

La recrudescence des cas de coqueluche dans le monde ne serait pas uniquement due à une baisse de la couverture vaccinale… Une équipe de chercheurs canadiens montre que l'immunité conférée par la vaccination diminue d'année en année, pour atteindre une protection « pauvre, voire nulle » sept ans après la dernière injection. Le détail de l'étude a été publié lundi 26 septembre dans le journal de la « Canadian Medical Association ».

  • photo

Pour ces travaux, les auteurs ont comparé les données d’immunisation d’une population de 5 867 Canadiens, vaccinés contre la coqueluche entre 1992 et 2013, et ayant ultérieurement passé un test de coqueluche.

Une chute de la protection d'année en année

Au Canada, les autorités sanitaires recommandent une vaccination à 2, 4, 6 et 18 mois, puis de nouveau un rappel entre 4 et 6 ans, et entre 14 et 16 ans. En France, rappelons que deux...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Notice

Autotests : des notices à revoir, selon l'Académie de pharmacie

Les notices de plusieurs autotests commercialisés en pharmacie sont inexactes et de nature à rassurer ou inquiéter à tort les usagers, pointe une étude de l’Académie de pharmacie. Autotests VIH, tétanos, allergie, anémie… Des... 3

Partenaires