La pilule, au-delà du contrôle de la fertilité - Les règles ne sont pas une fatalité

La pilule, au-delà du contrôle de la fertilitéLes règles ne sont pas une fatalité

Coline Garré
| 08.09.2016

Les contraceptifs oraux combinés devraient servir non seulement au contrôle de la fertilité, mais aussi à choisir la fréquence de ses menstruations, exhorte le Dr Christian Fiala, directeur médical de la clinique Gynmed à Vienne (Autriche) et fondateur de l'unique musée de la contraception. Une indication qui répond aux désirs des femmes, sondées par les laboratoires Teva.

  • pillule

Plus de 60 % des femmes préféreraient avoir leurs règles moins de 12 fois par an, révèle une étude européenne conduite auprès de 6 000 personnes, ISY (inconvenience due to women'S monthlY bleeding), pour Teva*, et présentée en Autriche fin mai, au musée de la contraception. Parmi elles, 49 % souhaiteraient ne pas les avoir, 34 % voudraient les avoir tous les 3 mois, 8 % tous les six mois, et 8 % une fois par an.

Ces femmes se plaignent en effet de...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Vaccination officine

À la Une Vaccination à l'officine : les leçons d'un succès Abonné

L'expérimentation de la vaccination antigrippale à l'officine s'est achevée le 31 janvier dernier. Tandis que plus de 156 000 patients ont été vaccinés au total, les présidents des URPS Pharmaciens des deux régions tests dressent un premier bilan positif et pensent déjà aux améliorations à apporter pour la prochaine campagne vaccinale. Commenter

Partenaires