Une enquête de l'IGAS - La longue histoire de l’iatrogénie du valproate

Une enquête de l'IGASLa longue histoire de l’iatrogénie du valproate

Nicolas Tourneur
| 01.09.2016

Prescrit en neurologie (épilepsie), en psychiatrie (maladie bipolaire) et, hors AMM, dans d’autres indications (migraines, douleurs, etc.) depuis les années 1960, le valproate bénéficie d’un demi-siècle de recul sur son effet thérapeutique et sur l’iatrogénie attachée à son utilisation.

En France, l’enquête confiée à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) en juin 2015 a abouti à la diffusion en février dernier d’une synthèse édifiante sur la séquence tardive des prises de décision expliquant le (nouveau) drame sanitaire actuel. Elle confirme que la découverte de la tératogénicité des antiépileptiques n’a rien de récent.

Malformations congénitales

S’agissant du valproate en particulier, la première malformation majeure chez le nourrisson fut...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
maillage

À la Une Moins d'officines, mais un réseau plus fort Abonné

En dépit d’une perte record du nombre de pharmacies en 2018, c’est un maillage officinal en pleine consolidation et bénéficiant de l’émergence d’une nouvelle génération de titulaires qui apparaît aux détours des statistiques publiées par l'Ordre national des pharmaciens. Commenter

Partenaires