Horloge biologique et obésité - Dormir peu donne faim de malbouffe

Horloge biologique et obésitéDormir peu donne faim de malbouffe

04.04.2016

Un sommeil perturbé est, au même titre qu’un régime alimentaire inadapté ou un défaut d’activité physique, un facteur de risque de surpoids et d’obésité, de diabète et/ou de dyslipidémie.

L’alternance du jour et de la nuit, de la lumière et du sommeil, des repas et du jeûne, rythme les grandes fonctions physiologiques sur près de 24 heures (circadien) : métabolisme énergétique, sécrétions hormonales (insuline et cortisol notamment), pression artérielle, tonus musculaire, température corporelle, sensation de faim, etc.

Des rythmes dont le tempo est donné par une horloge biologique centrale, synchronisée par la lumière. Celle-ci envoie alors des signaux aux...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
FNI

Violente charge d'un syndicat infirmier contre les pharmaciens et le décret « services »

Attendu pour la mi-juillet, le décret « services » ravive les tensions entre les pharmaciens et les infirmiers. La Fédération nationale des infirmiers (FNI) était déjà montée au créneau contre la vaccination antigrippale par les... 10

Partenaires