Éjaculation prématurée - Enfin une étude sur la perception des patients

Éjaculation prématuréeEnfin une étude sur la perception des patients

08.02.2016

L’étude EMOI, réalisée par les Laboratoires Ménarini* en partenariat avec la FF3S (fédération française de sexologie et de santé sexuelle) est la première étude observationnelle française réalisée sur l’éjaculation précoce. Elle montre l’importante souffrance des hommes concernés, et rappelle l’utilité d’une consultation sexologique.

L’étude EMOI (impact de l’éjaculation précoce ou prématurée sur le bien-être psychologique et la vie sexuelle : la perception des patients et des partenaires) est une étude non interventionnelle, transversale, nationale, réalisée d’octobre 2013 à avril 2014, auprès de 120 médecins volontaires (urologues ou sexologues).

À l’occasion d’une consultation, ces médecins ont recruté des hommes souffrant d’éjaculation précoce (EP) : 575 questionnaires exploitables ont...

La suite est réservé aux abonnés

Connectez-vous

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Abonnez vous pour 1€

1€ sans engagement, c’est l’engagement pour une information de qualité
  • Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
ibu

Ibuprofène et kétoprofène aggravent les infections, alerte l'ANSM

Une enquête des centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) de Tours et Marseille, suggère le « rôle aggravant » de l'ibuprofène et du kétoprofène en cas d'infection. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits... 6

Partenaires