Les troubles du sommeil chez l’enfant - Une plainte durable doit alerter

Les troubles du sommeil chez l’enfantUne plainte durable doit alerter

28.09.2015

En cas de trouble du sommeil chez l’enfant, la plainte de l’enfant - et plus sûrement des parents ! - doit être durable pour alerter. Décryptage par le Dr Jérémie Lefranc, neuropédiatre au CHRU de Brest.

  • Dans 80% des cas, il s'agit d'une angoisse à l'endormissement

« On ne peut parler de “pathologie”, indique le Dr Jérémie Lefranc en préambule, que si le trouble est récurrent, plusieurs fois par semaine, et sur plusieurs mois ». À l’origine des troubles de sommeil chez l’enfant, on retrouve dans la plupart des cas (80 %), une difficulté d’ordre psychologique qui se traduit par une angoisse à l’endormissement.

Celle-ci est sensible à la réassurance, au rituel d’endormissement centré sur la « petite histoire », parfois coûteux en temps. Et « si...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires