Le blanchiment quasi total comme objectif thérapeutique - Un nouveau traitement bientôt en première ligne contre le psoriasis

Le blanchiment quasi total comme objectif thérapeutiqueUn nouveau traitement bientôt en première ligne contre le psoriasis

19.03.2015

Reconnu depuis 2014 par l’OMS comme une maladie chronique douloureuse et handicapante, le psoriasis touche plus de deux millions de personnes en France. Suite aux journées de la Société française de dermatologie 2014, et dans le cadre de la semaine du psoriasis, Novartis fait le point sur les nouvelles voies de recherche pour améliorer l’efficacité des traitements et la satisfaction des patients.

  • Selon les études cliniques de phase 3, plus d'un patient sur deux a obtenu un blanchiment quasi...

L’ORIGINE EXACTE de la pathologie est encore inconnue. Ce qui était précédemment connu comme un dérèglement de la production des cellules dermatologiques, est reconnu maintenant comme une maladie inflammatoire du système immunitaire. Celui-ci joue un rôle primordial puisqu’il produit de nombreuses protéines, appelées cytokines, qui servent de messagers et coordonnent la communication entre les cellules immunitaires en réponse à une infection.

La maladie est caractérisée par des...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Pascal Brière 2

À la Une Biosimilaires : la substitution est déjà possible Abonné

Le président de Biogaran, Pascal Brière, défend ouvertement la substitution par le pharmacien du médicament biologique d’origine par son biosimilaire. Las d’attendre un hypothétique décret d’application en précisant les modalités, il estime que le pharmacien peut s’en passer. 1

Partenaires