Tatouage, piercing - Attention au risque d’infection bactérienne post-geste

Tatouage, piercingAttention au risque d’infection bactérienne post-geste

03.11.2014

Les risques infectieux sont en diminution depuis 2008. Des infections bactériennes locales sont toujours possibles.

  • Depuis le décret du 19 février 2008, les pratiques s'améliorent

LE TATOUAGE et le piercing sont des pratiques désormais courantes, à la mode, en progression chez les jeunes. « Se faire faire un tatouage ou un piercing doit être une décision mûrement réfléchie. Le piercing peut s’enlever alors qu’un tatouage présente un caractère définitif. L’adolescent peut changer d’avis mais enlever un tatouage au laser reste très difficile et il y aura forcément des cicatrices », souligne le Dr Olivier Rogeaux (CH de Chambéry).

Depuis le décret...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté sans engagement au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • L’accès aux contenus gratuits et payants
    Bénéficiez de 2 fois plus d’articles et de nombreuses exclusivités.
  • Le journal numérique sur l’ensemble de vos supports
    Consultez votre journal numérique sur ordinateur, mobile et tablette.
  • Les dossiers d’archives du Quotidien
    Naviguez dans les dossiers d’archives mis à jour au fil de l’eau par la rédaction.

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Bilan médication

À la Une Bilan de médication : en route vers l'observance Abonné

Le bilan partagé de médication ne semble pas encore être un acte très répandu dans les officines. Prévu par l’avenant n° 11 à la convention pharmaceutique signé en juillet 2017, l’arrêté définissant ses modalités de mise en œuvre n’est paru au « Journal officiel » qu’à la mi-mars. Mais déjà, de nombreux officinaux manifestent leur intérêt pour les formations qui lui sont dédiées. Commenter

Partenaires