Des conséquences plus arythmiques qu’ischémiques à court terme - Pollution de l’air : des conclusions surprenantes

Des conséquences plus arythmiques qu’ischémiques à court termePollution de l’air : des conclusions surprenantes

10.06.2014

Une large étude britannique sur la pollution de l’air extérieur apporte des conclusions surprenantes concernant la physiopathologie en cause dans la surmortalité cardiovasculaire. Contre toute attente, le mécanisme ischémique ne serait pas prédominant. Un indice intéressant à interpréter avec précaution pour faire progresser la compréhension du phénomène.

  • Les chercheurs ont stratifié le risque en fonction de la concentration des différents polluants

LE ROYAUME-UNI n’est sans doute pas le pays le plus représentatif du niveau de pollution de l’air dans le monde. C’est peut-être le pourquoi des conclusions déroutantes d’une étude outre-manche réalisée à partir de trois bases de données britanniques, pourtant larges, sur la mortalité cardiovasculaire. Selon l’équipe londonienne dirigée par le Dr Ai Milojevic, la pollution de l’air extérieur est associée à court terme à des événements cardiovasculaires non ischémiques, de type arythmie et...

Ce contenu est réservé aux abonnés

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Pas encore abonné ?

Abonnez-vous et bénéficiez de l’offre liberté : 1 an au journal Le Quotidien du Pharmacien
  • un accès illimité à l’actualité en continu sur le site ;
  • le journal en version numérique ;
  • les newsletters et les alertes personnalisées ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • lignes d’annonces gratuites (selon abonnement)
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE DE lequotidiendupharmacien.fr

add
Automédication

La fin des marques ombrelles : un danger pour l'automédication ?

Pascal Brossard, vice-président de l’AFIPA, craint que la fin des marques ombrelles et la disparition des noms de fantaisie sur les emballages des médicaments d'automédication ne représentent des freins au développement de ce... 23

Partenaires
image description
en partenariat avec EMS

Un projet de création, d'installation, de transfert ?

Retrouvez nos études réalisés par secteur qui vous aideront à valider vos choix grâce aux différents indicateurs recueillis.